Camion Maserati : un écrin pour le trident

Le prototype du camion Fiat 642 RN2 Bartoletti Ferrari élaboré par les techniciens de CMC, au 1/18e, était l’une des stars de l’édition 2011, et CMC a encore fait très fort pour le millésime 2012 : la marque présentait en effet un superbe transporteur Maserati, lui aussi construit sur le châssis d’un Fiat 642 RN2 et carrossé par Bartoletti. Pour le compte de la marque au trident, il a officié de 1957 à 1960, et il ne serait pas incongru de mettre à ses côtés des Maserati 200 Si, 450 S, 300 et 300S, Tipo 60 et 61 «Birdcage», sans oublier les 250 F de Grand Prix. CMC ne s’est pas contentée de peindre en bleu et jaune pâle (jaune, couleur de la ville de Modène, et bleu, celle de la famille Orsi) son précédent camion aux couleurs de la Scuderia Ferrari. Non, les techniciens ont apporté plusieurs modifications, que voici : le châssis a été peint en noir (rouge sur le Ferrari), le parechocs avant a été modifié, l’essuie-glace côté passager (soit à gauche) est situé dans la partie inférieure du pare-brise et non plus en haut, et les deux rétroviseurs sont circulaires (rectangulaires sur le Ferrari) et placés en haut de la cabine (en bas sur le précédent camion). Ce n’est pas tout. Sur le côté droit du camion ne figure pas le marchepied amovible, présent dans l’axe de l’échelle sur le camion Ferrari, le panneau arrière possède une importante échancrure, absente sur le Ferrari. Quant aux deux rampes, elles sont parfaitement lisses (présence d’une texture en «diamant» sur le Ferrari) et l’inclinaison des rampes inférieures est totalement rectiligne et ne comprend pas de cassure. Enfin, le système de levage est différent. La bande rouge sur la calandre signifie qu’il est en configuration «transport exceptionnel». Cet écrin devrait être disponible d’ici quelques mois.
Texte Alan Geslin – Photos Christian Bedeï

Retrouvez l’intégralité de la présentation des modèles du salon de Nüremberg dans le n°177 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.