Ferrari 512 S 1970 : duo gagnant ou… presque !

ferrari 512 eliteUne Ferrari 512S a remporté les 12 Heures de Sebring 1970. Elite s’en est fort opportunément souvenu en reproduisant un des derniers prototypes «Made in Maranello ». Un modèle accompagné d’une version Daytona qui, lui, correspond à la première sortie en compétition de cette voiture.
Texte : Jean-Marc Teissedre, photo : Christian Bedeï

Après avoir décidé fin 1967 de la mort des « gros cubes », autrement dit des Ford, Chaparral et autres Lola-Aston Martin, la CSI fit un pas en arrière, consciente d’avoir mis à mal le plateau des courses d’endurance. Pouvaient donc à nouveau cohabiter les voitures dites Prototypes à la cylindrée maximum de 3 litres et les Sport dont le moteur ne pouvait excéder 5 litres mais à condition d’une production minimum de 25 exemplaires. Une décision qui fermait tout de même la porte aux gros V8 US de 7 000 cm3. Premier constructeur à réagir, Porsche mis en chantier la 917 qui fut opérationnelle pour la saison 1969. Un an plus tard, Ferrari répliquait avec sa Tipo 512S (S pour Sport) au V12 de 5 000 cm3.

Un pan d’histoire

Homologuée au tout début 1970, la 512S effectua ses débuts à l’occasion des 24 Heures de Daytona où pas moins de cinq exemplaires furent engagés, dont trois par l’usine. Une seule termina, la n°28 de Ickx et Andretti, honorables troisièmes. Un podium pour une première, le résultat était encourageant. Quelques semaines plus tard, toujours en Floride mais à Sebring, ce fut encore mieux. Si elles n’étaient que quatre au départ, celle qui termina permit à Ferrari d’inscrire une huitième fois son nom au palmarès des 12 Heures ! Une performance signée Ignazio Giunti et Nino Vacarella auxquels s’était joint pour les derniers relais Mario Andretti dont la 512S venait d’abandonner. Ce sera la seule victoire en championnat du Monde de la 512S, que certains teams privés imposeront dans des épreuves de moindre importance. Par la suite, Porsche avec ses 917 et ses 908 ne laissera aucune chance à la 512, y compris pour son évolution 1971, la Tipo 512M, qui sera, qui sait, peut-être un jour au catalogue de Elite… […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°178 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.