Collection Slot : 100 % Rallye

Collection Slot 100 RallyePascal Félix, collectionneur et dynamique responsable de VPC, est basé à Privas, en Ardèche, terre de rallye s’il en est. Ça tombe bien, Pascal a cette discipline… vissée au corps ! Une rencontre avec Auto Modélisme s’imposait.

Texte : Alan Geslin – Photo : Christian Bedeï

Quand est né le rallye ? Grande question qui a alimenté nombre d’ouvrages. Toujours est-il que, dès l’apparition de l’automobile, d’intrépides pilotes ont entrepris de très longs périples afin de prouver la robustesse de leurs machines. La frénésie de performance était de rigueur ! Mais pouvait-on parler de « rallyes au long cours » ? Une chose est sûre : un point de départ fondamental est intervenu en 1911 avec l’organisation du tout premier rallye de Monte-Carlo. Le début d’une légende en marche… Et « cocorico », le premier vainqueur était français, en la personne du Marseillais Henri Rougier, au volant de sa TurcatMéry 25 ch. Le rallye de Monte-Carlo est un des monstres sacrés de cette discipline, un peu comparable à ce que sont les 24 Heures du Mans pour les courses d’endurance. Hommes, machines, suspenses haletants et drames en tout genre ont contribué à façonner leur immense et intemporelle aura. Du coup, on sait que ces deux thèmes sont des axes majeurs auprès des collectionneurs. Et le slot n’échappe pas à cette règle d’or…

TOUT PETIT DÉJÀ…

Les inconditionnels de l’endurance ont leur temple, Le Mans. Pour les rallymen, il s’agit du Monte-Carlo. Et forcément, quand on habite La magie du rallye et surtout du Monte- Carlo opère chez Pascal Félix depuis qu’il est tout petit. Et le slot lui permet de l’entretenir ! dans les secteurs traversés par cette mythique épreuve, difficile d’échapper à sa magie. C’est ce qu’a vécu le jeune Drômois Pascal Félix, qui a désormais passé la cinquantaine… et qui ne jure que par le rallye et le slot. Souvenirs : « Dès que j’ai eu une Mobylette, pour aller dans les spéciales du Moulinon, du Burzet, j’ai plongé dans l’ambiance! Bref, ça a commencé très tôt, avant d’y aller en voiture. C’était l’époque fabuleuse des Berlinette Alpine, avec Andruet, Thérier, Nicolas, etc. Ensuite, il y a eu la fantastique époque des Groupe B, dans les années 1984 à 1986, où je suivais un peu plus le Monte-Carlo, pendant une semaine, en donnant des coups de mains à un pilote local, participant à son assistance. La bagarre entre les Audi et les Peugeot 205… des choses à avoir vu… J’en ai encore des frissons quand je repense aux envolées de Walter Röhrl sur des bosses, dans la neige : c’était du grand art, que les plus jeunes ne connaissent pas forcément. Sans faire preuve de trop de nostalgie, on peut dire que c’était une époque “grave”, au sens d’hallucinante. » […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°179 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.