Edito : lapin de 8 jours ?

Converser régulièrement avec les acteurs de notre monde de la miniature est des plus instructifs. Et récemment, au téléphone, un artisan fabricant de miniatures agricoles y est allé de sa propre analyse. Bon an mal an, il m’indiquait que certains travers du marché qui pourrissent la vie des collectionneurs de « die cast » depuis plusieurs années étaient en passe d’en faire autant dans le monde de la miniature agricole. En résumé, « prix qui s’envolent, aberration des variantes envahissantes et frustrantes, énormes retards sur les programmes annoncés », tout y est passé et ça me rappelait quelque chose de connu en effet… Puis sa démonstration prenait une tournure étonnamment optimiste. Selon lui, face à cette situation, le collectionneur avait bien peu de choix : tourner le dos à la collectionnite – mais est-ce raisonnablement envisageable ? -, se diriger vers des thèmes bien précis, ou alors « snober » les productions industrielles et se concentrer sur celles des artisans, produites en toute petite quantité afin de ne pas avoir les produits de « monsieur-tout-le-monde », quitte, parfois, à les payer plus chères… Preuve que certains artisans, sortant des sentiers battus, pouvaient avoir encore un peu d’espoir. Ce qui semblait être le cas pour mon interlocuteur. Mais cela est-il un remède efficace à la frustration actuelle ? Et puis il lâchait l’expression, « les industriels doivent arrêter de prendre les collectionneurs pour des lapins de 8 jours ! » Même ceux qui n’ont pas des racines agricoles comprendront le sens de cette formule. Il est évident que les amateurs de miniatures, au sens large du terme, ne sont pas dupes, et qu’au-delà de la passion, il est question d’un vaste « business », vraiment fou et flou en ce moment. Et si les industriels prennent vraiment « les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages », le revers de la médaille pourrait être cinglant… Pour certains en tout cas, car à vouloir trop contrôler et diriger le marché, sans passion, le lapin pourrait bien changer rapidement d’horizon…

Alan Geslin

Les commentaires sont fermés.