Mag Slot : le HO, c’est géant !

le slot HO

Texte Alan Geslin - Photos Christian Bedeï

La famille du slot comprend plusieurs échelles phare et dont l’importance de chacune peut varier en fonction des pays. Il en va ainsi du HO, très prisé outre-Atlantique, et moins connu en France. Nous avons rencontré un french collectionneur adepte de ce slot lilliputien…

Dans la famille Pré, il y a Peter, que nous vous avons présenté dans notre numéro 163, de décembre 2010. Ce « gentleman-sloteur » a un fils, Alexandre, 40 ans, qui est lui-même un ardent défenseur du slot. Mais si Peter a parfaitement transmis sa passion à sa descendance, la nouvelle génération a pris une voie bien à elle. Les réalisations en résine de Peter sont connues dans le monde entier, et il a désormais un faible pour le 1/32e, mais aussi le 1/24e. Alexandre, lui, s’est concentré depuis son plus jeune âge sur le HO. Pour marquer sa différence ? Et son séjour de deux ans aux USA, suivant ses parents, n’a pas été pour le détourner de cette passion. Bien au contraire ! « Le HO étant très bien représenté là-bas, j’en ai profité pour rassembler un grand nombre de modèles, introuvables en Europe pour certains » commente Alexandre, pendant qu’avec l’ami Christian Bedeï, nous avons les yeux tout grands écarquillés devant les nombreuses « bannettes » que notre hôte a préparées en vue de notre visite. Evidemment, les modèles sont classés par thème, et cela va faciliter nos prises de vues. Une organisation impeccable, « à la Pré »… « L’arrivée d’internet a bousculé les choses, car si le slot HO est inexistant dans les magasins en France, n’étant absolument pas distribué, il est possible de faire son marché sur le Net », argumente Alexandre. En effet, force est de constater que le HO n’a pas pris en France, à l’inverse de l’Allemagne, l’Angleterre, ou encore la Belgique, qui organisent d’ailleurs certains événements autour de cette échelle. En France, il suffirait peut-être que quelques collectionneurs éclairés lancent la mode, car croyez-nous, si vous ne connaissez pas ce monde, il est « géant », très varié et procure de réelles sensations quand on a la poignée en main. Ce n’est pas une échelle au rabais, bien au contraire, et son histoire est de plus fortement liée à celle du train, lui par qui, tout ou presque, est arrivé…

Un peu d’histoire

alexandre pre Alexandre est intarissable quand il s’agit de retracer les grandes dates du slot HO. Une histoire qui commence d’ailleurs ici avec une mise au point concernant l’intitulé « HO », car il est inapproprié, correspondant au 1/87e. «Dans la foulée de la création de Scalextric en Angleterre, en 1957, une entreprise de fabrication de jouets, Playcraft Highways, a lancé une voiture qui fonctionnait avec un électro-aimant, à une échelle réduite, qui correspondait à celle des trains électriques. En Angleterre, à cette époque-là, les trains étaient à l’échelle « OO », qui correspond à l’échelle 1/76e. Pour rappel, les tout premiers circuits Scalextric et les Circuits 24 utilisaient des châssis avec des moteurs à électro-aimant. Le circuit était alimenté en courant alternatif, l’électro-aimant s’activait et faisait monter et descendre un petit poussoir qui appuyait sur une patte en métal, qui elle faisait tourner un rouleau cranté fixé sur l’essieu arrière. Playcraft Highways a donc lancé en 1959 tout un système complet, avec des voitures, des rails et des poignées, au 1/76e. Ce système a été présenté aux USA en 1960 lors d’un salon du jouet, et Aurora – cette marque était réputée pour ses maquettes en plastique -, séduite par ce système slot, a acquis les droits pour le vendre aux USA… »

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°172 d’Automodélisme en vente en ligne sur www.hommell-magazines.com.

Les commentaires sont fermés.